Humour : définition en nuton. Comme ça . Là . Tout de suite.

« Age, catamite—fac mihi hunc diem felicissimum! » Henry Beard , in X-treme Latin, Penguin editions.

« Go ahead, make my day » Clint, dans Dirty Harry, de DonSiegel, 1971

Le mot « HUMOUR » est un substantif masculin. S’il est substantif, c’est qu’il exprime la substance, l’existence… S’il est masculin c’est qu’il est ?

Bleu, oui, c’est ça, il y en a qui suive.

Comme le disait Lautréamont, in Poésies :

« Ne flattez pas le culte d’adjectifs tels que indescriptible, rutilant, incomparable, qui mentent sans vergogne aux substantifs qu’ils défigurent : ils sont poursuivis par la lubricité. »

Si vous avez compris la phrase précédente, alors vous ne devriez pas perdre votre temps sur un blog aussi stupide, votre place est en hypokhâgne. Ou bien en maison de retraite. Ou bien au cimetière.

Si vous n’avez pas saisi la puissance de la phrase précédente, son odeur littéraire, et que, pour vous, Lautréamont est une marque d’aromate à soupe provençale, alors passez votre chemin!

Si vous ne faîtes pas partie des deux catégories pré-citées, alors bienvenue dans ce nouveau « Le Saviez-tu? ».

Si l’on en croit les Trésors de la Langue Française, l’humour se défini comme suit :

Humour, subst. masc : forme d’esprit railleuse qui attire l’attention, avec détachement, sur les aspects plaisants ou insolites de la réalité. Avoir de l’humour; manquer d’humour; parler, agir avec humour; pointe d’humour. Townsend s’était fait aussi une grande réputation par son humour et par la naïve originalité de son esprit. Quelques-uns de ses mots, quelques anecdotes dans lesquelles il figure, méritent vraiment d’être racontés (MUSSET ds Revue des Deux-Mondes, 1833, p. 489). Je m’entends sur le mot [ironie]. Il ne s’agit pas de la raillerie superficielle, de la satire, ou de l’humour. Cette ironie là peut être charmante. Elle peut aussi être, elle est souvent stupide, parce que naïve (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1905, p. 94). Il le trouvait trop calculateur, trop ambitieux. Il lui reprochait d’avoir trop d’esprit et de manquer d’humour, c’est-à-dire d’esprit contre soi (MAUROIS, Disraëli, 1927, p. 158)

Savez vous seulement l’origine du mot humour ? Autrefois en français, on faisait de l’esprit – le mot « humeur  » , du latin « umor », désignait autrefois les supposés liquide du corps qui dominaient le comportement humain. Le mot passa dans la langue anglaise, pour revenir dans le français au XVIIIe siècle sous la forme « humour »… Je ne saurais que vous conseiller le film Ridicule, qui raconte fort bien cette anecdote (entre autre, sinon c’est aussi un très bon film) (et puis , il y a Jean Rochefort) (l’un des rares acteurs qui peut dire « C’est des cons je te dis ! » et ça sonne classe).

Je vous laisse enfin avec ma référence personnelle quant à la franche rigolade, et qui de l’humour, sut nous dire à quel point il le portait en estime, et à quel point!

 « Si le rire sacrilège et blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, si ce rire-là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors oui on peut rire de tout, on doit rire de tout : de la guerre, de la misère et de la mort! Au reste, est-ce qu’elle se gêne la mort, elle, pour se rire de nous ? »

J’ai nommé…

(Celui ou celle qui a dit « Patrick Sébastien! » sort . Maintenant.)

Voici donc l’immense Desproges. À la prochaine!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s